Les études

Dans le cadre du développement du projet éolien de la Vallée de Mouches, plusieurs études ont été réalisées :

Écologique
Acoustique
Paysagère

Etude écologique

L’étude écologique est un volet structurant de l’étude d’impact. Elle porte aussi bien sur la flore que la faune avec une spécificité concernant l’avifaune et les chauves souris qui sont potentiellement les plus impactées par l’éolien.

Les principaux enjeux écologiques évalués sur la zone sont donc les suivant :

  • Floristique
  • Avifaunistique
  • Chiroptérologiques

Ces enjeux sont principalement caractérisés par la présence de chemins enherbés et de parcelles cultivées dont la zone d’étude est majoritairement constituée. Ainsi, sur la majeure partie de la zone d’implantation potentielle, l’enjeu sur les milieux naturels est jugé faible. Les points d’attention particuliers se situent au niveau des zones boisées propices à l’accueil de gîtes pour les chiroptères, les zones de chasses et les corridors identifiés.

Etude acoustique

  1. CARACTÉRISATION DE L’ÉTAT INITIAL

Pose de sonomètre pendant une durée de 15 à 30 jours afin de mesurer le bruit ambiant (égal au bruit de tous les jours (passage de voitures, tracteurs, bruit du vent dans les arbres…).

Ces données couplées avec les données de vent du mat de mesures permettront d’obtenir des corrélations bruit ambiant/vitesse de vent sur les périodes diurnes et nocturnes.

  1. MODÉLISATION NUMÉRIQUE

Modélisation acoustique du parc éolien (position et hauteur des éoliennes, caractéristiques de la turbines, topographie du site).

Calcul de l’émergence E
E = bruit ambiant avec éolienne – bruit ambiant sans éoliennes

  1. VÉRIFICATION DU RESPECT DES CRITÈRES AVEC LA RÉGLEMENTATION ICPE

Si dépassement de ces critères : modification de l’implantation et/ou plan de bridage (réduction de la vitesse de rotation ou arrêt complet de l’éolienne) permettant de respecter la réglementation.

Critères d’émergence réglementaire : 5 dB le jour. 3 dB la nuit.

Exemples d’émissions sonores courantes source : Mairie de Paris

Etude paysagère

MÉTHODOLOGIE DE L’ÉTUDE PAYSAGÈRE

Objectifs du volet paysager :

  • Identification des enjeux paysagers et patrimoniaux
  • Orienter les choix pour définir l’implantation la plus acceptable en terme de cohérence paysagère
  1. Etat initial
  • Analyse du paysage existant
  • Identification des unités paysagères
  • Identification des enjeux paysagers et patrimoniaux
  • Définition des aires d’études
  1. Analyse des perceptions du projet
  • Définition des aires d’influences visuelles
  • Réalisation des premiers photomontages
  • Analyse des perceptions et réflexions sur les variantes d’implantations
paysage

À l’échelle du périmètre éloigné:

Étude à échelle large pour comprendre le contexte paysager, ses sensibilités patrimoniales (UNESCO…), comment il est structuré…

À l’échelle du périmètre rapproché (local): 

Étude fine depuis les villages à proximité (entrée, sortie, place de l’église…), des hameaux les plus proches et des sensibilités patrimoniales.

RESULTATS DE L’ÉTUDE PAYSAGÈRE

Le paysage concerné est principalement marqué par une agriculture intensive sur le plateau du Santerre. Le principal impact, en termes de visibilités, concernera les usagers du territoire local et les riverains des villages de Rethonvillers, des Sept-Fours, et d’Herly. L’unité paysagère de la Vallée de la Somme est la plus sensible vis-à-vis d’un projet éolien. Cependant, son caractère boisé et vallonné ainsi que la distance au projet permet de minimiser les effets du projet.